Côté Naturo

L’andrographis

Valérie Vidal

Petite histoire…
De la famille des acanthacées, l’Andrographis paniculata, communément appelée chirette verte ou échinacée d’Inde, est cultivée en Chine, en Inde et en Asie du Sud-Est, régions d’où elle est originaire. Ses parties aériennes sont employées en infusion dans les médecines traditionnelles asiatiques. En Occident, on la trouve sous forme de gélules et de comprimés.

Quels bénéfices pour la santé ?
Traditionnellement, l’andrographis est utilisée pour traiter des maladies et des symptômes aussi divers que les troubles intestinaux et hépatiques, la fièvre, la bronchite, la dysenterie bacillaire, la malaria et la tuberculose.

On a isolé dans la plante diverses substances de la famille des polysaccharides et des lactones, dont l’andrographile. Cette dernière sert de marqueur pour les extraits standardisés.

Les mécanismes d’action de l’andrographis sont encore mal connus. Les principales propriétés qui lui sont attribuées sont :

- immunostimulante ;

- antimicrobienne ;

- anti-inflammatoire ;

- fébrifuge ;

- hépatoprotectrice et cholérétique.

Stimuler l’immunité par la phytothérapie ne dispense pas d’adopter l’hygiène de vie favorable au maintien d’un bon système de défenses immunitaires, c’est-à-dire une alimentation saine, un exercice physique raisonnable et régulier, l’oxygénation, un bon sommeil.

Les carences ou microcarences en fer, magnésium, vitamines C et D, oméga-3 et en substances antioxydantes, tout comme les congestions hépatiques et les déséquilibres du microbiote intestinal, fragilisent notre système immunitaire.

Du côté du psychisme, un nombre croissant d’études montre que les pensées et les émotions négatives, le stress de surmenage chronique et les événements traumatisants réduisent les défenses face aux agressions bactériennes et virales. Ces phénomènes sont démontrés par la psychoneuro-immunologie et la neuropsychanalyse, disciplines qui étudient respectivement la manière dont le psychisme influe sur l’organisme et les convergences possibles entre les neurosciences et la psychanalyse.

Dans quels cas l’utiliser ?
La principale indication de l’andrographis en médecine naturelle occidentale est la prévention et l’accompagnement des infections des voies respiratoires sans complications : rhume, grippe, pharyngite, sinusite. En cas d’infection aiguë, elle permet de réduire la durée et l’intensité des symptômes suivants :

- congestion et écoulement nasal ;

- maux de gorge ;

- toux ;

- fièvre.

Mode d’emploi
L’andrographis entre le plus souvent dans la composition de produits associant plusieurs composés qui agissent en synergie. Elle est souvent adjointe à l’éleuthérocoque et à l’échinacée. Elle peut aussi compléter l’action du ginseng.

Pour des extraits titrés entre 4 et 6 % d’andrographile :

- stimulation de l’immunité et prévention des infections : de 200 à 400 mg/jour ;

- rhume, grippe, pharyngite déclarés : de 600 à 1 200 mg/jour.

Précautions
En théorie, les effets de l’andrographis pourraient se cumuler avec ceux des médicaments antiplaquettaires et hypotenseurs. Ils pourraient contrer les effets des immunosuppresseurs.

Cette plante doit être utilisée avec grande prudence chez les personnes souffrant de troubles de la vésicule biliaire car elle peut provoquer des spasmes au niveau de cet organe. Elle est formellement contre-indiquée durant la grossesse à cause de ses effets potentiellement abortifs.

/img_fiches/126x172-copy-Valerie_Vidal.jpg
Valérie Vidal

Praticienne de santé naturopathe et praticienne en EFT clinique. Spécialiste en bionutrition, gestion du stress et santé globale.
Consultations à Toulouse, Gaillac (Tarn) et par Skype.

infos : www.valerievidal.fr