Côté Naturo

La glucosamine

Valérie Vidal

Petite histoire…

La glucosamine est un sucre aminé naturellement produit par l’organisme à partir du glucose et d’un acide aminé, la glutamine. Depuis les années 1980, cette molécule est synthétisée en laboratoire à partir de la chitine extraite de la carapace des crustacés (crevettes, langoustines, crabes, homards) sous la forme de sulfate de glutamine. On la trouve dans des spécialités pharmaceutiques et des compléments alimentaires, seule ou associée à d’autres substances, pour le traitement de l’arthrose.

Quels bénéfices pour la santé ?

Le cartilage osseux est constitué de cellules spécialisées appelées chondrocytes, qui synthétisent de nombreuses molécules : du collagène, qui rend le cartilage résistant ; des protéoglycanes (constitués entre autres de glucosamine et de chondroïtine sulfate), qui lui confèrent son élasticité ; mais aussi des enzymes, des cytokines et des facteurs de croissance, dont les actions se complètent pour renouveler en permanence le cartilage.

Avec l’âge, la production naturelle de glucosamine ainsi que le nombre de chondrocytes diminuent, les protéoglycanes sont de moins bonne qualité et, sous l’action de plusieurs autres phénomènes, le cartilage ne se renouvelle plus suffisamment, se dégrade peu à peu et l’arthrose s’installe.

La déficience en glucosamine est considérée comme l’un des principaux facteurs de risque dans l’apparition de l’arthrose mais on ne sait pas encore comment elle agit. Elle augmenterait l’action lubrifiante du liquide synovial et stimulerait la production de protéines nécessaires à la formation du cartilage et aurait un effet anti-inflammatoire. Cela reste à confirmer.

Quoi qu’il en soit, des études ont montré :

- qu’une supplémentation en glucosamine diminue la douleur, améliore la mobilité des articulations et peut contribuer à freiner l’évolution de l’arthrose ;

- que son action sur la douleur est plus lente mais plus durable après cessation du traitement que la prise de traitements anti-inflammatoires ou antalgiques classiques ;

- que son action sur l’arthrose est majorée en associant la glucosamine à des oméga-3 d’origine marine ;

- son innocuité aux doses recommandées ;

- qu’elle ne présente pas de risques chez les personnes allergiques aux crustacées, ni chez les diabétiques.

Combinée à la chondroïtine sulfate, autre composant du cartilage dont le mécanisme d’action est complémentaire, on estime une amélioration de l’état des arthrosiques dans environ 80 % des cas.

Dans quels cas l’utiliser ?

La glucosamine entre dans le protocole du traitement de l’arthrose légère à modérée et de la polyarthrite rhumatoïde. Elle peut être associée à la chondroïtine sulfate mais aussi, par exemple, à l’harpagophytum ou au curcuma en début de traitement, puis à des oméga-3 et des antioxydants sur le long terme.

L’efficacité du traitement sera d’autant plus probante qu’il sera associé à une prise en charge globale : une alimentation anti-inflammatoire, un exercice physique adapté et régulier, une perte de poids le cas échéant et des soins ostéopathiques.

Mode d’emploi

Prendre 1 500 mg de sulfate de glucosamine par jour, en une ou plusieurs doses, en mangeant. Prévoir de 2 à 8 semaines avant que les effets se manifestent pleinement. Et continuer la cure durant 3 mois à 2 ans.

/img_fiches/126x172-copy-Valerie_Vidal.jpg
Valérie Vidal

Praticienne de santé naturopathe et praticienne en EFT clinique. Spécialiste en bionutrition, gestion du stress et santé globale.
Consultations à Toulouse, Gaillac (Tarn) et par Skype.

infos : www.valerievidal.fr