Côté Naturo

L’artichaut

Valérie Vidal

Petite histoire…

L’artichaut, ou Cynara scolymus, de la famille des astéracées, est une variété domestiquée du chardon sauvage. C’est une des plus anciennes plantes cultivées, d’abord en Ethiopie, puis en Egypte et dans le sud de l’Europe. Au temps de la Grèce et de la Rome antiques, la feuille d’artichaut était déjà utilisée comme aide à la digestion. Au début du XXe siècle, les travaux des médecins français ont confirmé ses effets sur le foie et les reins.

 

Quels bénéfices pour la santé ?

Parmi les substances actives présentes dans la feuille de l’artichaut, on trouve des flavonoïdes, des lactones, de l’inuline, des sels de potassium, un principe amer (la cynaropicrine), de nombreux acides phénols dont la cynarine.

L’artichaut est une plante :

- cholérétique : elle augmente la production et l’élimination de la bile par le foie ;

- cholagogue : elle facilite l’évacuation de la bile vers l’intestin ;

- hépatoprotectrice et régénératrice de la cellule hépatique ;

- hypocholestérolémiante et hypotriglycéridémiante ;

- légèrement hypotensive ;

- apéritive et digestive ;

- diurétique ;

- dépurative générale.

 

Dans quels cas l’utiliser ?

Les cures d’artichaut sont indiquées dans les cas suivants :

- migraines d’origine hépatique ;

- constipation liée à l’insuffisance biliaire ;

- mauvaise digestion et absorption des graisses ;

- dyspepsie et sa myriade de symptômes : flatulences ou éructations excessives, lourdeurs et ballonnements après les repas, nausées, douleurs abdominales ;

- perte d’appétit en lien avec une surcharge hépatique ;

- prévention des calculs biliaires ;

- alcoolisme, traitements médicaux au long cours ;

- taux de cholestérol et de triglycérides élevés ;

- drainage saisonnier, état pléthorique et surcharges pondérales ;

- athérosclérose et hypertension artérielle ;

- affections rhumatismales et arthritiques, goutte ;

- insuffisance rénale et ses conséquences (urémie et lithiase notamment) ;

- colopathie fonctionnelle.

 

Présentation

Les produits d’herboriste traditionnels à base d’artichaut se présentent sous la forme de feuilles fraîches ou séchées, de jus de la plante entière ou de divers extraits liquides ou solides. De nos jours, il existe aussi de la poudre totale sèche en gélules et des extraits secs normalisés à 5 % de cynarine, également en gélules.

 

Mode d’emploi

Décoction ou infusion : boire une tasse 3 fois par jour. Pour une décoction, faire bouillir 50 g de feuilles fraîches dans un litre d’eau pendant 10 minutes et filtrer. L’infusion se prépare, quant à elle, avec 10 g de feuilles fraîches dans une tasse à thé d’eau bouillante ; laisser infuser pendant 15 minutes et filtrer.

Extrait aqueux : une ampoule diluée dans un verre d’eau, 3 fois par jour.

Jus : une cuillerée à soupe diluée dans un verre d’eau 3 fois par jour.

Poudre totale sèche en gélules : 2 g à prendre avec un verre d’eau en trois prises.

Extrait sec en gélules : 400 mg à prendre avec un verre d’eau en 3 prises.

Extrait standardisé en cynarine : de 300 à 800 mg par jour en 2 ou 3 prises.

Toutes ces préparations se prennent avant les repas.

La durée du traitement est variable en fonction des troubles et de leur importance. En règle générale, il doit être poursuivi jusqu’à disparition ou nette amélioration de ceux-ci.

 

Précautions

Contre-indiqué en cas de lithiase biliaire.

Déconseillé aux femmes qui allaitent (action inhibitrice sur la sécrétion lactée) et en cas de sensibilité aux astéracées.

/img_fiches/126x172-copy-Valerie_Vidal.jpg
Valérie Vidal

Praticienne de santé naturopathe et praticienne en EFT clinique. Spécialiste en bionutrition, gestion du stress et santé globale.
Consultations à Toulouse, Gaillac (Tarn) et par Skype.

infos : www.valerievidal.fr