BILLET

PIERRE RABHI A « FAIT SA PART »

Lisa PUJOL

JANVIER 2022

330

Il était une figure de l’agroécologie. Militant de la cause écologiste de la première heure et père de cinq enfants, Pierre Rabhi est décédé des suites d’une hémorragie cérébrale, samedi 4 décembre, à l’âge de 83 ans.

Né en 1938 aux portes du Sahara algérien, Pierre Rabhi décide, à la fin des années 50, alors fraîchement débarqué en France, de se soustraire, par un retour à la terre, à la civilisation hors-sol qu’ont commencé à dessiner sous ses yeux ce que l’on nommera plus tard les Trente Glorieuses. Il contemple un triste spectacle : aux champs comme à l’usine, l’homme est invité à accepter une forme d’anéantissement personnel à seule fin que tourne la machine économique. Une évidence s’impose alors : seul le choix de la modération de nos besoins et désirs, le choix d’une sobriété libératrice et volontairement consentie, permettra de rompre avec cette spirale appelée « mondialisation ». « J’avais alors vingt ans, et la modernité m’est apparue comme une immense imposture ». Dans son ouvrage à succès, Vers la sobriété heureuse, vendu à plus de 460 000 exemplaires, il démontre que l’on peut vivre heureux et libre avec peu.

40 ans avant tout le monde, il entend développer une pratique agricole visant à régénérer le milieu naturel en excluant pesticides et engrais chimiques. Une méthode appliquée dès les années 1980 en Afrique subsaharienne, où il effectuera de nombreux séjours.

Référence dans le milieu écologiste et altermondialiste, il a connu une certaine exposition médiatique en 2002, lors d’une éphémère candidature à la présidentielle, pour déjà « introduire dans le débat l’urgence écologique et humaine ».

Avec Cyril Dion – l’auteur du documentaire militant à succès Demain –, il a cofondé, en 2007, le mouvement citoyen des Colibris, qui appelle aux actions locales, comme les jardins partagés, les fermes pédagogiques ou encore les circuits d’approvisionnement courts. Pierre Rabhi avait choisi le colibri pour illustrer sa philosophie en s’inspirant d’une légende amérindienne : face à un incendie dans une forêt, ce petit oiseau « s’activait, allant chercher quelques gouttes d’eau avec son bec pour les jeter sur le feu », provoquant les sarcasmes des autres animaux. « Je le sais, mais je fais ma part », répondait-il.

Parmi les réalisations les plus emblématiques du mouvement Colibris, on retrouve celle des oasis, un concept d’habitats participatifs (1 000 à ce jour) qui repose sur cinq piliers : agriculture et autonomie alimentaire, écoconstruction et sobriété énergétique, mutualisation, gouvernance respectueuse, accueil et ouverture sur le monde. Ce mouvement est suivi par plus de 300 000 personnes et compte plus d’une centaine de collectifs locaux sur toute la France et 4 800 membres cotisants.

Autre réalisation, l’association Terre & Humanisme, qui s’appelait au départ Les Amis de Pierre Rabhi, se donne pour but de promouvoir l’agroécologie en animant des formations en France et à l’international. Outre les bénévoles qu’elle accueille dans le Mas de Beaulieu, une ferme expérimentale acquise en 1998 sur la commune de Lablachère, dans le sud de l’Ardèche, l’association participe à divers événements nationaux ou locaux (salons, conférences…), lors desquels elle sensibilise le public aux thématiques de l’agroécologie.

Les graines d’une nouvelle conscience sont semées. Merci Pierre…

 

Jean-Pierre CAMO
Directeur de la publication